Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Son nouvel ami

3 ans et demi qu'on l'attendait.

On commencait presque à se résigner, à vivre avec.

Nos angoisses et les leurs, le regard des autres devant ce petit corps frêle et palot.

On tentait de s'habituer à la culpabilité qu'inconsciemment les autres nous infligeaient.

"Mais vous ne faîtes rien???"... " Vous l'avez emmenez chez le docteur" ... "Mais pourquoi tu l'as force pas??"

Il faut dire que tout cela avait commencé dès sa naissance.

Là où certains nourrissons réclamaient à heures régulières, se jettant dessus goulument.

Là où d'autre expérimentaient avec gourmandises les purées et autres boudoirs.

Notre moineau elle, boudait la nourriture.

Au début on ne s'inquiète pas , on pense que c'est un petit appêtit.

On se rassure en se rappelant que telle ou telle cousine se nourrissait d'un yaourt par jour et qu'elle se porte très bien.

Devant les autres on en rit en feignant de se réjouir qu'elle ne nous coûte pas chere.

Mais au fond, ca nous ronge.

Quand il lui fallait 5h pour boire 60ml de lait , quand un petit pot lui faisait 4 repas.

Bébé encore, elle n'avait pas trop le choix que d'engloutir bon gré mal gré ce qu'on lui proposait.

Seulement le problème grandissait avec elle. Désormais elle refusait l'idée même d'aller à table. Chaque repas était source d'angoisse et de stresse.

A l'époque, on a tout tenté.

Passer par le jeu, fare des bonhommes avec tous les aliments possibles et imaginables.

En tentant de ne lui donner QUE ce qu'elle semblait aimer.

En s'enervant aussi parfois.

En pleurant souvent.

On a exploré les pistes des allergies et des intolérances.

J'ai endossé la culpabilité de lui faire vivre au quotidien mon régime drastique.

On a TOUT envisagé!

Et pliés sous le poids de cet épée de Damoclès.

Suspendu au terrible verdict quotidien de la balance.

Nous ne l'avons même pas vu arriver.

Son nouvel ami.

Celui qui lui fait piquer des clémentines et aller se cacher sous la table pour les manger.

Celui qui lui fait réclamer à corps et à cri du jambon à 10h du matin parceque je cite : "mon ventre à faim tousuite!"

Celui qui lui fait exiger une deuxième assiette de "spigiti" puis un steack en entier.

L'appêtit.

Notre petit moineau se transforme petit à petit en poussinette bien joufflue.

Pour notre plus grand bonheur!

C'est quand son enfant à des difficultés à manger que l'on s'aperçoit combien le rôle nourrissier du parent ( et plus particulièrement de la mère ) est sacré.

Remplir son enfant pour le voir grandir et grossir, comme on donnerait du terreau à nos jeunes pousses.

Parceque manger c'est vivre paraît -il , voir son enfant si petit refuser de s'alimenter, ca donne l'impression d'avoir sa vie au bout d'un fil.

Mais poussinette à trouver le gout et l'envie de manger.

Et même mieux elle adore cuisiner avec son papa!

Nous réclame des fraises au mois de décembre, pique dans le frigo, engloutie des pizzas en nous laissant généreusement la croûte.

Notre poussinette qui s'enfile la pot de popcorn au ciné sans que nous puissions y goûter!

C'est réjouissant, c'est reposant, c'est assez animal et primaire finalement de se repêtre de ce soudain appêtit.

La voir manger, suffit à me nourrir ( oui bon presque.. faut pas déconner)

Certains pourraient être surpris de nous voir , le sourire béat, contempler ce petit bout d'femme entrain de se remplir la panse avec une assiette de frites.

Mais nous on ne s'en lasse pas!

Bon il a fallut s'adapter et doubler le budget nourriture.

Parfois j'aimerais pouvoir manger ce maudit dernier chocolat.

Désormais mes mains sont usées à force d'éplucher 1 kilo de clémentine quotidiennement.

Mais quel bonheur enfait, de compter un petit glouton de plus dans la famille!

Et tout ce qu"on espère c'est que ca dure!

Bon il faut que je files, poussinette est entrain de grignoter la plaquette de beurre!

A tout bientôt!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :